Le technoprogressisme ou le corps humain chosifié

Le 30 novembre 2022, le milliardaire Elon Musk faisait une annonce tonitruante concernant ses futures puces électroniques NEURALINK qui pourront à court terme – il parle de 6 mois ou un an – être implantées dans les cerveaux humains de manière à augmenter notre capacité intellectuelle et de piloter par notre pensée des robots

Avec lui, les technoprogressistes assurent que grâce à la convergence entre électronique, informatique et neurobiologie, ces puces permettront à terme d’augmenter notre mémoire, de « télécharger sur ordinateur » toutes nos connaissances, nos émotions et d’être toujours compétitifs face à la nouvelle intelligence artificielle. Bref, ces technologies vont nous conduire vers un avenir radieux : celui du transhumanisme. Pour cette mouvance dont l’urologue et homme d’affaires Laurent Alexandre est une figure de proue en France, il faut s’extasier devant les objectifs de ce « mouvement qui bâtit l’homme 2.0 ou homme-dieu » (déclaration datant du 8/12/2022 dans l’hebdomadaire Valeurs Ac. ; la mention d’homme-dieu renvoie explicitement au best-seller Homo deus de Y. Harari, dont on connait le manque de connaissances scientifiques).

Certes, Il faut s’intéresser à certaines de ces techniques, par exemple celles permettant d’implanter capteurs, nanoélectrodes et puces connectées agissant au niveau cellulaire ; cela sera indubitablement bénéfique à certains mal-voyants, sourds et personnes souffrant de maladies neuro-dégénératives°. Cependant, il ne faut pas faire des extrapolations hardies concernant lesdites technologies. Et surtout, il convient d’analyser chacune des innovations techniques à l’aune de nos critères moraux, sans faire de celles-ci des absolus.

Pour les technoprogressistes, faire entrer des critères moraux dans les choix techniques constituerait un danger : on mettrait « un frein au progrès au risque de déclasser notre pays ». Par ailleurs, ils prétendent que les logiciels d’I. A. vont se développer tous seuls, indépendamment de toute intervention humaine ou de toute décision des programmeurs.

Ces arguments sont une façon de faire taire ceux qui affirment que l’homme peut rester maître de l’usage des techniques qu’il a mises au point ; ceux pour qui l’homme peut toujours interdire certaines techniques qui vont à l’encont re du respect de l’humain dans son corps : GPA, utérus artificiel, manipulation du génome humain, etc..

En fait pour le technoprogressisme, le corps n’est qu’un objet comme un autre que l’on peut connecter à des instruments techniques, une chose dont l’homme peut disposer à sa guise. Cette conception du corps va totalement à l’encontre de la conception chrétienne pour laquelle corps, âme et esprit sont intimement liés en l’homme.

° Notre Association avait d’ailleurs organisé il y a quelques années un colloque au Collège des Bernardins sur ce sujet en invitant des membres de l’équipe française du Pr José Alain Sahel

Publicité

L’École et la transmission à l’heure du tout-numérique 

Ce sera le thème de réflexion du colloque organisé par notre association le samedi 25 mars 2023 (9h 30 à 16h).

Lieu : Collège des Bernardins

Ce sujet est très prégnant depuis l’irruption du numérique dans tous les domaines touchant l’École. Les outils numériques ont envahi les collèges et lycées, car « on ne peut plus enseigner comme avant » nous dit-on avec aplomb. Mais de nombreux professionnels remarquent que l’utilisation massive de ces outils ne favorisent pas l’éveil des enfants (même si peuvent être utiles dans certains situations). L’ambition affichée est multiple « enseigner avec le numérique, apprendre avec le numérique », mais aussi d’initier au « codage » tous les élèves dès la 5°. Selon de nombreux professionnels, l’utilisation massive de ces outils – potentiellement utiles dans certains cas – peuvent avoir des effets néfastes sur le psychisme.

Cette avalanche du numérique favorisera-t-elle l’apprentissage de la véritable informatique ? Cet engouement n’entretient-il pas la confusion entre information et transmission, savoir et compétences ? N’existe-t-il pas de collusion entre l’ingénierie éducative et les intérêts industriels ?
Quelles sont les conséquences du fait d’être soumis en permanence à un flux intempestifs d’informations ? La question de la transmission est aussi impactée par le numérique. La transmission se faisant toujours via un médiateur – parent, professeur, maître à penser, etc. -, comment l’intermédiation du numérique va-t-elle impacter le processus de transmission ?

Infini de Dieu, finitude de l’homme et la question du mal. Jacques Arsac.

Dans ce texte écrit en 2010, quatre ans avant sa mort, Arsac déjà souffrant de sa maladie, se livre en réfléchissant sur la finitude de l’homme et son corollaire le mystère du mal. La négation de cette finitude – synonyme du peché originel – est symptomatique de notre société qui se croit toute-puissante, mais qui est engluée dans son hubris.

Notre esprit fini ne peut pas tout savoir, ses capacités sont limitées. Comme scientifique, je suis très sensible à l’idée d’infini. Que Dieu soit infini, cela me paraît évident. S’Il n’était pas infini, il pourrait y avoir un plus grand que Dieu. C’est le point de départ de l’argument de Saint Anselme (un dieu fini serait à ranger au rang des idoles). Nous sommes des créatures, venues un jour à l’existence, en tant qu’espèce d’abord, en tant qu’individu pour chacun d’entre nous. Nos capacités sont finies (même si elles ne sont peut-être pas bornées). Si nous acceptons cette idée de l’infini de Dieu et de la finitude de l’homme, alors il me semble que tout se met en place. […]
La finitude de l’homme tient à son statut de créature. Elle peut être perçue comme un mal, l’homme peut être écrasé par cette finitude.

Continuer la lecture de Infini de Dieu, finitude de l’homme et la question du mal. Jacques Arsac.

La personnalité juridique des robots et la question des accidents leur étant attribués

Le résultat de sortie de certains logiciels embarqués est souvent considéré comme une « décision », en particulier le cas des véhicules autonomes ou des robots pour lesquels les résultats du logiciel conduisent quasi-directement, à la mise en oeuvre des actionneurs.
Mais qui est responsable lorsqu’un outil intelligent ou un robot « prend une décision » inadéquate qui est à l’origine d’un accident ?

La question s’avère délicate surtout quand les dédommagements financiers sont importants. Avant de poursuivre, rappelons que les logiciels d’apprentissage profond ont tendance à devenir de véritables boîtes noires, car ils réutilisent des programmes écrits, améliorés et validés par des équipes de concepteurs et programmeurs auxquelles succèdent d’autres programmeurs qui utilisent des packages intermédiaires puis d’autres qui intègrent ces derniers dans l’outil final.

Continuer la lecture de La personnalité juridique des robots et la question des accidents leur étant attribués

Le serment d’Hippocrate à l’heure du digital

Nous organisons une conférence le mercredi 30 mars 2022 à l’Espace Bernanos sur le thème

Le serment d’Hippocrate à l’ère du digital

Problèmes éthiques liés à l’Intelligence Artificielle et le digital pour la médecine

par
Jérôme Bourreau, Fondateur et président de l’entreprise Anamnèse,
lieu : 4 rue du Havre, Paris 9° (métro Saint-Lazare, Auber)
Entrée libre     

Sciences et incertitudes. Doit-on toujours avoir confiance dans les sciences ?

article de Rémi Sentis ( pour une version complète avec les notes de bas de pages et plus de détails pour le §1, téléchargez le fichier pdf ici )

Jusqu’à une époque récente, il était admis par la très grande majorité des Occidentaux que « la Science » était impartiale et on faisait confiance sans barguiner aux affirmations des scientifiques. Cette confiance, depuis quelques décennies, est discutée.

Continuer la lecture de Sciences et incertitudes. Doit-on toujours avoir confiance dans les sciences ?

Intelligence artificielle et responsabilité humaine. Le 16 janvier 2021

Colloque en visio-conférence le samedi 16 janvier, de 9 h 30 à 12 h 15
Sous le patronage de Claire Mathieu, de l’Académie des Sciences,
Algorithmes et confiance.

Il est souvent dit qu’en intelligence artificielle, il y a des décisions prises par les algorithmes. Dans quelle mesure peut-on avoir confiance dans les algorithmes fournissant de telles réponses ? Et lorsqu’un outil intelligent ou un robot prend une décision inadéquate, qui est responsable : son opérateur, son concepteur, ceux qui ont fourni les données ? Qu’en est-il quand la santé d’un individu est en jeu, ou sa liberté ? Comment améliorer l’acceptabilité des « prises de décision » des robots ?

Programme.
Présentation, par Rémi Sentis, directeur de recherche émérite, président de l’ASC.

Etienne de Rocquigny, professeur HdR en mathématiques, président d’OpérationData, fondateur de ‘Espérance & Algorithmes’.
Algorithmes d’aide à la décision, vers une utilisation lucide et équilibrée.
P. Eric Charmetant, s.j., philosophe, Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris.
Promesses et limites des machines morales.
David Gruson, docteur en droit, directeur Programme Santé de la société Jouve, enseignant à Sciences Po Paris, fondateur d’Ethik-IA.
Garantie humaine pour l’IA en santé, comment permettre une régulation positive des enjeux éthiques?
Dr Anne-Laure Boch, neurochirurgien, CHU Pitié-Salpétriere, Paris
Intelligence artificielle, bêtise naturelle
Table ronde finale

Participez avec l’outil Zoom, en cliquant sur le lien (ou en le copiant dans votre barre d’accès à internet)

https://us02web.zoom.us/j/89231871276?pwd=NDZXUjR6eit3d2w4bnk3MUJzVmdVdz09

Sur la gestion de la pandémie par notre système sanitaire. Les réflexions d’un de nos adhérents

Un de nos adhérents, Jacques Poirier, diplômé de l’Institut Pasteur (microbiologie / Immuno-pathologie), nous fait part de ses réflexions sur la pandémie.

Y a-t-il eu des défaillances dans la gestion de la pandémie par notre système sanitaire ?

Quels sont ou devraient être les rôles, devoirs et responsabilités des acteurs de la santé publique ?

Voir son texte (8 1/2 pages) à télécharger ICI

 Par ailleurs, voici quelques statistiques hebdomadaires.

Nombre de morts dus à la Covid° :
début avril = 4800 environ / 1ere semaine de juin =340 / 3 premières semaines août = 65 environ / semaine 19 au 25 août = 93 / semaine 26 au 1 septembre = 117 / semaine du 2 au 8 septembre = 123 /  semaine du 9 au 15 septembre = 235 / semaine du 16 au 22 septembre = 417 / semaine du 23 au 29 septembre = 459 / semaine du 30 au 6 octobre = 425 (à confirmer) /

Nombre de morts par suicide+homicide (moyenne 2019) = 195
Nombre de morts par accident de la route (moyenne 2019) = 63
Nombre de morts dus à la grippe (moyenne 4 mois d’hiver 2017-2018)° = 760
Nombre de morts dus à la grippe (moyenne 4 mois d’hiver 2018-2019)° = 425

Collationnées par R. S. Vues les grandes fluctuations journalières en ce qui concerne la Covid, les données hebdomadaires sont préférables. ° Données provenant de SantéPubliqueFrance et de Wikipédia.